Conseil Conjugal et Familial

Conseil conjugal et Familial

Anne Dubois Dejean, Conseillère Conjugale et Familiale, Thérapeute de couple et Famille, Sexologue Clinicienne, et présidente de l’ANCCEF

A quel public s’adresse le Conseiller Conjugal et Familial ?

  • Le Conseiller Conjugal et Familial s’adresse à tout public : des couples, des familles, des individus seuls, qui se trouvent face à une problématique affective, relationnelle et/ ou sexuelle.

En quoi consistent les séances chez un Conseiller Conjugal et Familial ?

  • Sur la première séance, il s’agit de faire connaissance avec une personne avant de faire connaissance avec un problème, d’identifier les besoins, de définir la demande. Ensuite, on se met d’accord sur ce que nous allons travailler ensemble, en sachant que rien ni personne n’est magique. De mon point de vue, les séances consistent à prêter au couple, à la famille ou à la personne qui vient consulter, des lunettes afin qu’elle puisse se regarder fonctionner, se décaler de son point de vue et envisager autrement sa situation.
    Notre titre de Conseil Conjugal et Familial est assez mal choisi car on donne assez peu de conseils. On fait beaucoup d’hypothèses avec la famille, qu’elle-même, n’était pas parvenue à réaliser avant de venir consulter, car prise, le nez dans le guidon, dans ses propres problématiques. L’idée est d’ouvrir des portes dans des situations qui paraissent bloquées, nommer les choses, les redéfinir ensemble, et faire en sorte, d’une manière générale, que les personnes se sentent mieux après la consultation.

Dans quelles circonstances peut on faire appel à un Conseiller Conjugal et Familial ?

  • Les Conseillers Conjugaux et Familiaux sont consultés dans des circonstances très variables. Cela peut être des petits ou grands problèmes. Finalement, c’est le degré de souffrance que l’on considère, plus que la « légitimité » de la souffrance . Certains souffrent beaucoup pour des situations qui n’affecteraient pas une autre personne . Il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises raisons de se sentir mal …
    On rencontre en général des gens en souffrance ou des personnes qui éprouvent des difficultés pour prendre des décisions. Par exemple :
    Je veux quitter mon couple, ou je veux rester dans mon couple. Ou bien, je souhaite changer de métier mais c’est un peu compliqué en famille en ce moment. Les gens viennent parfois nous consulter pour discerner, une aide à la prise de décision. Parfois c’est dans une démarche préventive. Les personnes qui s’éloignent d’un idéal qu’ils avaient construit avant et pour qui c’est très inconfortable. On renégocie parfois cet idéal avec eux. On accompagne le deuil de l’idéal pour aller vers l’optimal, le possible …
    Parfois encore, les personnes viennent nous voir sur des crises aigües et quelques fois graves, dans des circonstances de violence conjugale, de découverte d’inceste, de violence sexuelle. Ce sont alors rarement des situations que l’on travaille seul.

Quels sont les partenaires avec lesquels les Conseillers Conjugaux et Familiaux travaillent ?

  • En associatif, les conseillers conjugaux travaillent dans des associations de santé sexuelles et reproductives, donc dans des centres de planification, des plannings familiaux, les maisons des adolescents… qui aident les personnes qui présentent des problématiques complexes à trier, à régler leurs problèmes psychiques, économiques, de santé, familiaux. Lorsqu’on travaille en secteur associatif, il est possible d’orienter vers la CAF, l’espace famille, les associations de luttes contre les violences faites aux femmes. Cela implique de bien connaitre les réseaux locaux, les droits, pour ne pas se retrouver dans une forme de toute puissance, d’être en mesure de communiquer avec les bons acteurs, notamment lorsqu’il y a des personnes en danger.
    Quand on exerce en libéral, cela dépend de ses réseaux personnels. Moi je travaille avec le réseau sexologie, des médecins, des professionnels qui travaillent autour des ces questions de génitalité, de santé sexuelle. Santé sexuelle qui n’est pas à voir simplement comme « la galipette ». La santé reproductive, l’identité de genre, les rapports homme/ femme…

Qu’aimeriez-vous dire aux jeunes qui veulent s’orienter vers la même profession que la vôtre?

  • Je leur dirais que c’est génial, qu’on peut s’y épanouir et y être très heureux. Je leur dirais qu’il ne faut pas rester seul, ouvrir ses oreilles et ses yeux, être à l’affut de tout et mettre tout en lien. Y compris si c’est un jeune qui vient d’un autre métier. S’il vient de la restauration, ou de la banque… La restauration exemple : les couples, les familles mangent ensemble ! la façon dont on se nourrit, comment une famille mange ensemble. Ce sont des informations très intéressantes à faire émerger et à « rendre » à la famille … Il y a tout un tas d’éléments symboliques très intéressants. Si on vient de la banque, autre exemple, il y a tout une économie de la relation, comment on s’investit, comment on rend des comptes…. L’habitat, comment on habite, comment on réside, la résidence alternée...
    Garder l’esprit vif, alerte. Cela ne veut pas dire que tout est dans tout, il s’agit de ne pas censurer la créativité pour faire des liens.
    Puis se former et être très modeste. On n’est pas magicien. C’est une profession qui s’apprend, avec comme tout métier, des aspects techniques.

Anne Dubois Dejean, Conseillère Conjugale et Familiale, présidente de l'ANCEFF.

L'association ANCEFF, partenaire privilégiée du réseau RTSI et de la plateforme Referlib

Pour de plus amples informations sur la profession de Conseiller Conjugal et Familial, rendez vous sur le site : https://www.anccef.fr/
Retrouvez tous nos conseillers conjugaux et familiaux sur Referlib.com